ACTUALITE / GABON : L’UNIVERSITE OMAR BONGO DE LIBREVILLE EN GREVE

Toutes activités sont suspendues à l’Université Omar Bongo de Libreville jusqu’à nouvel ordre. Jusqu’à ce qu’il ait  » satifaction totale du cahier de charges des revendications des étudiants ».

Depuis déjà plus de trois (3) semaines que toutes activités au sein de l’Université Omar Bongo ont cessé. En effet, la mutuelle de l’université a décidé d’arrêter les activités pédagogiques pour rentrer dans une grève illimitée depuis le Lundi 22 février 2016. Celle-ci vient encore e12794396_227962864216740_2055781449029861177_nnrichir l’image « d’université de grève » que présente la plus grande université du Gabon. Toutes les années, l’Université Omar Bongo est le théâtre d’affrontements de deux équipes, dont les étudiants bien réunis en masse et les gendarmes revêtus de leurs armures de guerre. On assiste fréquemment à des affrontements par des jets de pierres, des ripostes par coups de bombes lacrymogènes, etc. La récurrence de ces grèves violentes s’est arrimée au fonctionnement universitaire à l’UOB, on croirait que la grève fait partie intégrante du programme pédagogique universitaire.

Faisant partie des innombrables grèves qu’a connues l’UOB, celle qui se déroule actuellement a néanmoins quelque chose de particulier, elle est pacifique, douce et responsable. Cette fois-ci les gendarmes n’ont pas eu besoin de faire intervenir leurs troupes. On n’enregistre pas de violences,  d’incendies des bacs à ordures, des caillassages de véhicules et tous autres actes de vandalisme. Elle semble être plus influente.

12795474_226165741063119_5953303185338450235_n

Les raisons  qui amènent les membres de la mutuelle à fermer l’Université Omar Bongo ont un rapport génétique avec plusieurs points dont certains existent depuis des décennies. Nous pouvons citer entre autres :

  • la vétusté des voiries et de plusieurs bâtiments, etc.
  • la reprise des travaux sur les chantiers: rénovation des pavillons, restauration des voiries et la construction du stade de football,
  • le système LMD qui a une application désavantageuse pour les étudiants, il faut de ce fait une adaptation,
  • la restauration des conditions de sécurité au sein du campus,
  • le récurrent problème de payement tardif de bourse par Poste Bank,
  • l’ouverture de connexion wifi,
  • la situation du restaurant universitaire qui donne désormais une ration alimentaire réduite à 1/3 d’un repas complet.

La liste n’est pas exhaustive. Il est mentionné au portail de l’université « Pas de reprise des cours s’il n’y a pas satisfaction totale ».

Ainsi, le mardi 09 mars 2016, s’est tenue une réunion de cinq heures d’horloge où toutes les parties prenantes (Rectorat, Décanats, CNOU, syndicats et mutuelles étudiants…) de l’université ont été convoquées au ministère de tutelle, dirigée par Madame le Ministre Denise MEKAMNE. A l’ordre du jour, les conditions de sortie de crise.

De brins de solutions ont été proposées :

Sur l’insécurité, les autorités se sont engagées à restaurer la clôture de l’université, laissant, outre le « grand portail », l’entrée donnant sur le boulevard triomphale. Les travaux ont commencé au niveau de l’ouverture de la barrière du « grand portail »
1625652_231835280496165_1103983121220845636_n
Sur la reprise des travaux, la rencontre est fixée à la semaine allant du 14 au 20 Mars, mais avec une marge d’un mois.

Sur le menu proposé au restaurant, les autorités s’engagent à ramener l’entrée et le dessert proposés l’an dernier par le restaurant universitaire.

Sur le système LMD, il a été convenu de le remettre à plat afin de proposer un système mieux adapté. La charge a été confiée aux autorités rectorales, sous la supervision d’un des Vice-doyens.

Sur le budget de la Mutuelle, le CNOU a affirmé attendre le plan annuel d’activités budgétisées de la mutuelle afin de procéder à la remise des fonds.

Sur la connexion internet, le CNOU l’ouvrira dès l’entame des travaux.

Sur les bourses, un problème subsisterait dans l’exécution du contrat impliquant Poste Bank et l’ ANBG. Il a été rapporté que l’agence procéderait à un changement de banque. Le rapport de la mutuelle dit: « ECOBANK a accepté de verser la bourse à tous les étudiants. ». Une réunion du nouveau prestataire est prévue à cet effet avec la mutuelle.
12803005_224726004540426_5201373572435819324_n
Cette procédure de grève est innovante et plus efficace car elle incite les autorités compétentes à réagir rapidement à cette situation qui contraint les fonctionnaires de cette institution à entrer dans un congé forcé.

On ose croire que les autorités compétentes répondront « totalement » aux préoccupations des étudiants pour une reprise imminente des cours afin de sauver l’année académique.

Print Friendly, PDF & Email
Partager

Leave a Reply