ACTUALITÉ / WASHINGTON : ON VISITE LE MUSÉE DE LA BIBLE

Après une dizaine d’années de travaux et 500 millions de dollars dépensés, ce musée privé promet une promenade historique et culturelle à l’époque biblique.

On y verra une des plus belles collections au monde de torahs, on se promènera dans un jardin de plantes bibliques et l’on y découvrira des objets précieux ou du quotidien mais tous antiques, c’est-à-dire qui auraient pu être brandi par les prophètes bibliques.

On est loin de la promesse initiale qui consistait, je cite, à « rendre vivante la parole de Dieu et à inspirer confiance dans l’absolue autorité de la Bible ». Aujourd’hui, le musée ne veut montrer que des faits, rien que des faits. Promis, juré… sur la Bible bien sûr !

Alors pourquoi tant de prudence ? D’abord, parce qu’un autre musée de la Bible a ouvert il y a peu dans le Kentucky avec une réplique « grandeur nature » de l’arche de Noé et qui explique que, comme le dit la Bible, la terre à 6 000 ans. Il fallait faire la différence avec les Créationnistes.

Et surtout faire oublier un épisode très embêtant : pour acquérir une collection digne d’intérêt, il a fallu acheter vite et beaucoup… des antiquités provenant, je vous le donne dans le mille, d’Irak et de Syrie. Il a fallu payer 3 millions de dollars d’amendes tout de même.

Pas de polémiques ! Le Conseil d’administration du musée était blanc, masculin et évangélique ? On a débauché en urgence quelques femmes et quelques Noirs. Les conférences discutant de la véracité des événements bibliques ? Abandonnées !

Et Jésus dans tout cela ?

Mais lequel ? Celui des Catholiques, les Saints et tout et tout… Celui des Evangéliques, des Mormons, des Témoins de Jéhovah ? Et les Juifs qui eux aussi ont la Bible en partage ? Du coup, rien ou presque sur Jésus !

La reconstitution d’un village de Galilée au Ier siècle, une petite niche informative sur la Vierge, un film sur Saint Jean Baptiste. Et point final ! Du coup, je ne suis pas certain que la visite s’impose… Mais c’est à vous de voir… Lire la suite sur franceinter.fr

Il est étonnant de constater comment Celui pour qui et par qui sont toutes choses, Celui dont la venue sur terre a marqué notre ère, l’acteur principal de l’époque biblique, Jésus-Christ est passé sous silence dans cette exposition.

« Mais nous n’avons qu’UN Dieu, qui est le Père, de qui viennent toutes choses, et nous sommes pour lui, et UN seul Seigneur, Jésus-Christ par qui sont toutes choses et par qui nous sommes » 1 Corinthiens 8 : 6

Print Friendly, PDF & Email
Partager