JÉSUS LE TABERNACLE DE YHWH

« C’est pourquoi Jésus-Christ, en entrant dans le monde, a dit : Tu n’as pas voulu de sacrifice, ni d’offrande, mais tu m’as formé un corps ; tu n’as pas pris plaisir aux holocaustes, ni aux sacrifices pour le péché. Alors j’ai dit : Me voici, je viens, il est écrit à mon sujet dans le rouleau du livre, pour faire, ô Dieu, ta volonté ! Après avoir dit d’abord : Tu n’as pas voulu de sacrifice, ni d’offrande, ni d’holocauste, ni d’offrande pour le péché et tu n’y as pas pris plaisir, choses qui sont pourtant offertes selon la loi, alors il dit : Me voici, je viens afin de faire, ô Dieu, ta volonté ! » Hébreux 10:5-8.

 

Le tabernacle est le temple bâti par Moïse sous l’ordre de Yahweh afin d’habiter toujours au milieu de son peuple. C’est dans ce lieu que le grand-prêtre recevait les instructions pour le peuple. Mais aussi, il apportait le bouc du sacrifice pour le péché, le 10ème jour du mois de Tishri, c’est-à-dire, le jour de la fête des expiations appelé le Yom Kippour.
A travers cet enseignement nous voulons montrer que le tabernacle était une image de la personne de Jésus-Christ de Nazareth et de son œuvre.

Dans la pensée du Seigneur, l’Homme a été créé pour être toujours en relation avec son Dieu. Voilà pourquoi quand Jésus-Christ de Nazareth créa Adam, il le mit dans le jardin d’Eden[1] afin que cette relation soit perpétuelle avec des corps purs mais pas incorruptibles, car ce corps pouvait supporter la présence de Dieu. Mais lorsque le premier couple pécha, Dieu les chassa de son jardin car rien d’impur et de souillé ne peut rester dans sa présence (1Corinthiens 15:50). Mais il n’en demeure pas moins que Dieu a toujours voulu habiter au milieu de son peuple (Matthieu 18:20). Dès que Moïse délivra le peuple de la domination de pharaon, Yahweh demanda à Moïse de construire un tabernacle pour être proche de son peuple. En effet, l’Homme ayant une chair corrompue, ne pouvait plus être compatible à la présence de Dieu. Voilà pourquoi, Yahweh prit un homme pour former un peuple consacré, « Lévi », duquel est descendu Aaron qui avait reçu la charge de s’approcher du tabernacle, de peur qu’un péché ne soit imputé aux enfants d’Israël et qu’ils ne meurent (Nombre 3:5-10).

Le tabernacle encore appelé la tente d’assignation, qui était de forme rectangulaire, fut construit sous le regard de Moïse selon l’ordre de Yahweh : « Regarde donc, et fais selon le modèle qui t’est montré sur la montagne. » Exode 25:40 et Hébreux 8:5. Ce tabernacle était divisé en trois parties : le Parvis, le lieu Saint et le lieu Très Saint ou le Saint des saints ; et était entouré par les douze tribus d’Israël.

 

LE PARVIS

Première des trois parties du tabernacle, le parvis est la grande cours où se trouvaient l’autel et la cuve d’airain (Exode 27:9-19). Il entourait l’enceinte, qui mesurait 100 coudées de long sur 50 coudées de large, par des tentures de fin coton retors, hautes de 5 coudées[2], suspendues par des crochets d’argent à des baguettes d’argent, lesquelles étaient fixées à des piliers reposant chacun sur une base d’airain. Il y avait 20 piliers pour le côté sud, 20 piliers pour le nord, 10 piliers à l’occident et 10 piliers à l’est. Le fait que cette barrière était haute de près de 2,5 m montre que l’accès au tabernacle (ou mieux, au salut) où était confinée la présence de Dieu c’est-à-dire la Vie de Dieu, était fermé à tout le monde. En effet, après qu’Adam et Eve péchèrent, Jésus-Christ mit deux chérubins aux épées flamboyantes afin que plus personne n’ait droit au fruit de l’arbre de Vie (Genèse 3:22-24).

À l’Est, se trouvait une porte formée d’un rideau de 5 coudées de haut et large de 20 coudées. Ce rideau était de couleur bleu, de pourpre, d’écarlate et de fin coton retors, un ouvrage de brodeur. Et ce rideau était soutenu par quatre piliers reposant sur leur base d’airain et il était fixé par des crochets  et baguettes d’argent. En effet, pour accéder au tabernacle, qui est une image du corps du Seigneur (Jean 2:13-21), on passait par la porte en rideau qui était soutenue par quatre piliers : les quatre évangiles, qui révèlent les quatre aspects de la personne de Jésus-Christ de Nazareth ; qui correspondent aussi aux quatre êtres vivants qui sont devant le trône et tout autour (Apocalypse 4:6-11) ; ou encore les quatre visages des chérubins (Ezéchiel 1:1-12).

– L’évangile de Matthieu qui révèle le Messie en tant que roi d’Israël, fait référence à la royauté et à l’autorité dominante : c’est le Lion, le rouge écarlate.

– L’évangile de Marc présente le Messie comme le serviteur ; là il est question du bœuf donc Jésus-Christ étant au service des autres : c’est le fin coton retors, la sainteté et la simplicité.

– Luc, dans son évangile dévoile l’humanité du Seigneur « le fils de l’homme » : c’est le pourpre.

– Enfin, l’apôtre Jean met en évidence la Divinité incontestable de Jésus-Christ : c’est la couleur bleu du rideau qui représente le ciel.

Cela veut dire que, les quatre évangiles révèlent celui qui est d’éternité en éternité, qui était dans le lieu Très Saint : Jésus-Christ. Et passer à travers ce rideau c’est comme passer à une autre révélation. En d’autres termes, sans l’Evangile, nous n’aurons jamais su qui était YHWH.

 

L’AUTEL D’AIRAIN

Lorsqu’un israélite traversait le rideau, il apercevait l’autel d’airain sur lequel brulait un agneau immolé matin et soir (Exode 29:38-46). En effet, Yahweh avait demandé à Moïse que chaque jour, soient brûlés deux agneaux, c’est-à-dire un le matin, un le soir et c’était une loi perpétuelle pour les enfants d’Israël. Cela veut dire que l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde (Jean 1:29) est déjà immolé pour celui qui veut se convertir au Seigneur.

Cet autel avait cinq coudées par arrête et trois coudées de haut. Il était fait à base de bois de sittim (ou acacia) plaqué d’airain. Il y avait quatre cornes sur chaque coin de l’autel. Cet autel représente premièrement la croix où le Seigneur est mort pour que l’on reçoive le pardon de nos péchés. En effet, sous la première Alliance, lors du Yom Kippour, pour satisfaire la justice de Dieu, il fallait sacrifier un bouc sur lequel le grand-prêtre imposait ses mains pour transférer ses péchés et celui du peuple sur cet autel. Ensuite, le sang de l’animal était aspergé sur le propitiatoire sept fois vers l’est (Lévitique 16) : cela apaisait la colère de Dieu en couvrant le péché pour un an. De même, le sacrifice du Seigneur a complètement apaisé la colère de Dieu pour tous ceux qui sont en Christ (Esaïe 53 et Romains 8:1). Et cet autel représente désormais le symbole de la consécration des disciples au Seigneur (Romains 12:1-2).

 

LA CUVE D’AIRAIN

La cuve d’airain, était faite avec les miroirs des femmes qui s’assemblaient devant la tente d’assignation (Exode 38:8). Elle servait à la purification des prêtres avant qu’ils n’entrent en service. De même, la cuve d’airain symbolise la sanctification que nous devons vivre chaque jour ; mais aussi, la Parole de Dieu qui nous purifie en la méditant et en la mettant en pratique (Ephésien 4:20-32 et Jacques 1:22). Aussi, cette Parole fait office de miroir qui met en exergue nos défauts durant la marche chrétienne (Jacques 1:23-24).

 

LA TENTE D’ASSIGNATION

La tente était un assemblage de plusieurs matériaux notamment des ais et des couvertures pour ce qui est de l’extérieur. L’apôtre Paul présente le corps de Christ comme un corps harmonisé (1 Corinthiens 12:12-27) et l’apôtre Pierre comme un ensemble de pierres qui composent une maison[3] (1 Pierre 2:5). Cette tente était divisée en deux parties le lieu Saint et le lieu Très Saint, tous deux séparés par le voile.

 

LE LIEU SAINT

Dans ce compartiment, on trouvait le chandelier, la table des pains de proposition et l’autel des parfums.

– Le chandelier était situé vis-à-vis de la table des pains de proposition, au côté du tabernacle, vers le sud. Il éclairait le lieu Saint. Il était entièrement en or battu[4] (Exode 25:31) et était composé de six branches, soit trois de chaque côté avec des calices en forme de fleur d’amandier  et de la branche centrale qui soutenait les six branches (Exode 25:32). C’est l’image du Saint-Esprit (Apocalypse 2:5) ou encore l’Esprit de Jésus-Christ (Actes 16:6-7 et Romains 8:9).

– Les pains de proposition, étaient entièrement renouvelés chaque jour et étaient consacrés au prêtre. En effet, Jésus-Christ est le pain de Vie, c’est-à-dire la Parole de Dieu, qui a été donné au monde pour rassasier les enfants de Dieu (Jean 6:35). Le fait que ces pains étaient renouvelés chaque jour signifie que chaque jour en lisant la Bible, Dieu nous accorde toujours une nouvelle illumination de sa personne au travers de sa Parole (Matthieu 4:4).

– L’autel des parfums, ce sont les prières que les enfants de Dieu élèvent vers le Seigneur (Apocalypse 5:8).

 

LE VOILE

Le rideau du temple était de pourpre, d’écarlate, de cramoisi, et de fin lin retors. Et il était suspendu sur les quatre piliers[5] et servait à séparer le lieu Saint du lieu Très Saint (Exode 26:31-33). Des chérubins étaient brodés dessus : c’est l’image de l’accès fermé à l’arbre de vie. Le fait que ce rideau se déchira de haut en bas, montre d’une part, que ce n’est pas un homme qui aurait pu le déchirer à cause de son opacité ; et d’autre part, révèle que l’accès au lieu Très Saint donc à l’arbre de vie, est rendu possible aujourd’hui pour tous ceux qui ont cru réellement en Jésus-Christ de Nazareth sans intermédiaire (Matthieu 27:51 ; Marc 15:38 et Hébreux 10:19-20). Et cela mit définitivement fin à la première Alliance.

 

LE LIEU TRÈS SAINT ou LE SAINT DES SAINTS

C’est dans ce lieu que le grand-prêtre et YHWH, se rencontraient. Dans cette partie on retrouvait l’Arche de l’Alliance. « Et ils feront une arche de bois d’acacia ; et sa longueur sera de deux coudées et demie, et sa largeur d’une coudée et demie, et sa hauteur d’une coudée et demie. Et tu la couvriras d’or pur, tu l’en couvriras en dehors et en dedans ; et tu feras sur elle un couronnement d’or tout autour. Et tu fondras pour elle quatre anneaux d’or, que tu mettras à ses quatre coins, deux anneaux à l’un de ses côtés, et deux autres de l’autre côté. Tu feras aussi des barres de bois d’acacia, et tu les couvriras d’or. Puis tu feras entrer les barres dans les anneaux aux côtés de l’arche, pour porter l’arche avec elles. Les barres seront dans les anneaux de l’arche, et on ne les en tirera point. Et tu mettras dans l’arche le témoignage que je te donnerai. Tu feras aussi un propitiatoire d’or pur, dont la longueur sera de deux coudées et demie, et la largeur d’une coudée et demie. Et tu feras deux chérubins d’or ; tu les feras d’ouvrage étendu au marteau, tiré des deux extrémités du propitiatoire. Fais donc un chérubin tiré des extrémités et un chérubin tiré de l’autre extrémité ; vous ferez les chérubins tirés du propitiatoire à ses deux extrémités. Et les chérubins étendront les ailes en haut, couvrant de leurs ailes le propitiatoire, et leurs faces seront vis-à-vis l’une de l’autre ; et le regard des chérubins sera vers le propitiatoire. Et tu poseras le propitiatoire au-dessus de l’arche, et tu mettras dans l’arche le témoignage que je te donnerai. Et je me rencontrerai là avec toi, et je te dirai de dessus le propitiatoire, d’entre les deux chérubins qui seront sur l’arche du témoignage, toutes les choses que je t’ordonnerai pour les enfants d’Israël » Exode 25:10-22. Ainsi, l’arche était la représentation même de la personne de Jésus-Christ. A l’intérieur on retrouvait le vase d’or où étaient la manne, la verge d’Aaron qui avait fleuri, et les tables de l’Alliance (Hébreux 9:3-4). La manne, c’est le pain de vie (Jean 6:35), Aaron (le souverain sacrificateur) c’est l’autorité du Seigneur et les tables de la Loi, ce sont les lois  écrites sur les tables des cœurs (Hébreux 8:10).

 

LES COUVERTURES

Le tabernacle était recouvert de quatre couvertures très particulières et différentes les unes des autres, tombant très bas et rendant les planches invisibles (Exode 36). Les tapis : taissons, peaux de bélier, poils de chèvres et fin lin retords.

La première couverture en peau de taissons, était certainement assez solide pour résister aux intempéries. Elle représente l’humanité (Esaïe 53:1-3). La deuxième couverture en peau de bélier représente la nature sacrificielle du Seigneur Jésus-Christ (Romains 3:21-25). La troisième couverture, représente le résultat de la croix qui effaça nos péchés à la croix du calvaire. Et la quatrième couverture, représente la nature divine et la Sainteté du Seigneur.

 

  1.  Jardin dEden, de l’hébreu « Éden : plaisir  ou délices ». Lieu où résidaient Adam et Eve et où ils entraient en contact avec Jésus-Christ et pouvaient se nourrir des meilleurs fruits de la terre. Aujourd’hui,  notre jardin d’Eden, est le lieu où l’on rentre en relation avec Jésus. Et dans cette proximité, nous pouvons jouir de sa présence et des fruits de celle-ci tels que, la paix, la joie, la santé, la restauration.
  2.  Une coudée mesurait environ 0,5 m.
  3.  Certainement l’apôtre Pierre s’est inspiré des maisons juives pour parler de l’Eglise.
  4.  Le chandelier n’était pas mélangé avec une autre matière afin de montrer que ce n’est pas un esprit de ce monde mais un Esprit qui vient du Ciel donc de Dieu.
  5.  Voir le Parvis.
Print Friendly, PDF & Email
Partager

Leave a Reply