TEMOIGNAGE/ DELIVRÉ D’UNE SECTE INITIATIQUE TRADITIONNELLE

Bonjour à tous, par cette brochure je viens témoigner de la grâce que Jésus-Christ m’a faite. Il m’a délivré de l’esclavage de mwiri. Alors que je n’avais que 11ans, mes parents ont payé une forte somme d’argent pour mon initiation.
Mwiri=mouiri : secte initiatique satanique

LSZ0017017  Je veux un tant soit peu dévoiler les œuvres de ténèbres car voici ce que  dit la parole de Dieu: « Examinez ce qui est agréable au Seigneur;  et ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les. » Eph .5v.10 à 11. Par sa mort à la croix il y a 2000 ans, Jésus nous a rendus libres, libres de l’esclavage des traditions, des coutumes, des sectes et autres.

Ainsi c’est par sa grâce et son amour que je vous révèle l’histoire et les pratiques d’une secte Pouvi, une tribu du sud-est du Gabon. Je tiens à souligner que c’est la principale secte des Pouvi, tout enfant mâle doit impérativement se faire initier. C’est pour cette raison que la plupart des enfants Pouvi se distingue par cette marque sur leur bras gauche (au coude).

Le Pouvi est une ethnie du sud- est du Gabon, dans la province de l’Ogooué-lolo. Le mwiri est la principale secte chez les Pouvi, et appartient uniquement aux hommes, il est prohibé aux femmes. Nous  retrouvons le mouiri chez les Pouvi, les Tsogo, les Simba, les Sango, les Nzébi etc.

⦁    Voici l’histoire du Mouiri chez les Pouvi:
Il y avait dans un village un homme appelé  Mbombet, il aurait eu 6 femmes :
⦁    Missenzo
⦁    Diamboutimba
⦁    Boughodibounganga
⦁    Boussou bounzoundou
⦁    Nongoua makita
⦁    Moughetou maghomboulanganga

En partant pour son voyage, Mbombet aurait parmi les 6 une préférence pour Missenzo. Alors avant son départ il aurait pris la couverture que l’escargot a pendant la période d’hibernation et l’aurait placée sur l’appareil génital de la première femme.  Ce signe lui aurait permis de savoir  à son retour du voyage si sa femme serait allée ou pas avec d’autres hommes.

Quelques jours après que Mbombet aurait voyagé, il aurait parmi les 6 une préférence pour Missenzo. Alors avant son départ il aurait pris la couverture qu’a l’escargot pendant la période d’hibernation et l’aurait placée sur l’appareil génital de la première femme.  Ce signe lui aurait permis de savoir  à son retour du voyage si sa femme serait allée ou pas avec d’autres hommes.

Quelques jours après que Mbombet aurait voyagé, sa femme Missenzo, trouva des régimes de palmes dans son champ de retour au village, elle aurait sollicité l’aide du neveu de son mari (Boulanda). Celui-ci accepta.  Les jours qui suivirent, Boulanda et Missenzo se rendirent au champ pour la récolte de noix de palme. Pendant que le neveu du mari découpait les noix, la femme de l’oncle ouvrit les jambes et exposa sa partie intime. « Nul de vous ne s’approchera de sa parente, pour découvrir sa nudité. Je suis l’Eternel »Lév.18v.6 . Pris par la convoitise, il proposa d’avoir une relation sexuelle avec sa tante. Celle-ci accepta mais à une condition : ne pas détruire la couverture que son oncle avait posée sur l’organe de sa femme.  Apres celle-ci ils se rendirent compte que la couverture était irrécupérable et aucune réparation n’était possible.  Les deux vont donc commencer à réfléchir comment exposer l’affaire à Mbombet dès son arrivée.

De retour de son voyage, Mbombet voulut vérifier le signe qu’il aurait posé sur sa première femme. Celle-ci ne le voulut pas, il insista et elle céda. Après vérification, il se rendit compte que la couverture n’y était plus alors il aurait posé quelques questions à sa femme. Celle-ci déclara que c’était son neveu la source de cette destruction, c’est avec lui qu’elle aurait eu des rapports sexuels. Furieux, Mbombet convoqua tous les hommes du village au hangar (Corps de garde).

Au rassemblement du village, il leur déclara qu’il doit tuer son neveu car il est allé avec sa femme. Dans l’assistance, son neveu avait un ami qui lui rapporta la nouvelle et le pressa à quitter le village ; ce qu’il fit.

Pour sa fuite sans retour, il prit quelques breuvages à base de certains animaux. Une fois en brousse, il choisit de plonger dans la rivière que Missenzo, la première femme de son oncle avait l’habitude de se rendre pour la pêche. Au village les recherches durèrent plusieurs jours sans aucun succès, vu cette difficulté tous conclurent qu’il était mort.

Plusieurs mois s’écoulèrent, Missenzo et ses coépouses eurent à cœur d’aller faire une partie de pêche. Elles se rendirent à la rivière de Missenzo. Dès l’approche, elles s’aperçurent  que la rivière avait changé. Du fond des eaux sortaient une voix étrange, cette voix ne cessait d’appeler Missenzo puis toute ses coépouses. Stupéfaites à ce spectacle, elles prirent courage et cherchèrent les moyens de découvrir mieux encore de sortir ce monstre de la rivière pour enfin faire leur pèche.

Ces femmes jetèrent plusieurs objets dans l’eau, elles remarquèrent que certains ne revenaient plus en surface et que d’autre revenaient avec des marques. Alors ensemble, elles décidèrent de vider cette partie de la rivière. Pendant que le niveau de l’eau baissait, un monstre mi- homme et mi- poisson était là sur le sable (sirène).Stupéfaites de cette découverte, ensemble elles décidèrent de le saisir et d’aller le cacher  près du village. D’un commun accord, elles le saisirent et le transportèrent jusqu’au village.  Missenzo et ses coépouses gardèrent le secret entre elles.

Du lieu où elles avaient caché cet énorme monstre, il ne cessait de pousser des cris. Et dans chaque cri, il nommait l’une des femmes de Mbombet. Les hommes à leur hangar, très surpris par cette voix horrible, décidèrent d’aller voir d’où celle-ci provenait. A la sortie du village, ils se rendirent compte que la voix était sous le baobab et qu’un immense lac s’était créé. À la vue de cela, ils appelèrent tous les hommes du village. Une fois rassemblés près du baobab, ils cherchèrent ensemble comment sortir ce monstre de ce lac.

  • Ils lancèrent un lézard et  celui-ci ne revint plus.
  •  Ils lancèrent ensuite un tronc de parasolier, celui-ci sortie avec plusieurs marques sur les écorces.
  • Ils lancèrent cette fois-ci un pygmée, il ne revint plus en surface. Alors, les hommes mirent une pièce. Apres plusieurs tentatives, ils réussirent à le saisir, le mirent dans une pirogue et le conduisirent au hangar. Ils conservèrent ce monstre pendant plusieurs jours puis celui-ci  mourut et commença à se décomposer.

Le monstre qui n’était rien d’autre que Boulanda, se transforma en liquide par sa décomposition. Ce liquide fut recueilli puis partagé à tous selon leurs tribus.

Cette répartition a fait qu’à ce jour le mwiri porte plusieurs noms .Chaque tribu Pouvi  attribue un nom à sa cérémonie de mwiri. Ainsi il y a des appellations comme : Ghekobe (stérile) c’est l’une des branche du mouiri le plus radical car aux  dires des anciens , lors des initiations il y avait souvent des sacrifices humains, Midioki, Mukanga (la racine) etc.

  • Apres cette récupération par les hommes, le mystère de cette secte a été jalousement gardé par eux, aucune femme n’a le droit de réclamer l’appartenance.

 Ainsi, voici la vérité sur le mwiri. Cette histoire que je vous révèle aujourd’hui est tenu secrète par tout initié et ne doit être aucunement racontée. C’est parce que jésus m’a libéré il y a 13 ans        (2000-2013) déjà que je vous révèle ceci, car il me demande d’aller dire ce qu’il a fait pour moi. En résumé c’est un problème de sexualité (inceste) qui est l’origine de cette secte pernicieuse.  « Écoutez la parole que l’Eternel vous adresse, maison d’Israël ! Ainsi parle l’Eternel : n’imitez pas la voie des nations et ne craignez pas les signes du ciel, parce que les nations les craignent. Car les coutumes des peuples ne sont que vanité…. ».Jer10verset 1 à 3.

« Lorsque tu seras entré dans le pays que l’éternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras point à imiter les abominations de ces nations-la. Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, de magicien, d’enchanteur (sorcier), personne qui évoquent les esprits ou disent le bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel ; et c’est à cause de ces abominations que l’Eternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi. Tu seras entièrement à l’Eternel ton Dieu. » Deut. 18 v 9 à 13.

« Et comment j’étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et ma nation, étant animé d’un zèle excessif pour les traditions de mes pères. Mais lorsqu’il plut à Celui qui m’avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m’a appelé par sa grâce. » Gal.1v 14à15. 

 Les interdits

« Si vous êtes morts avec Christ aux rudiments du monde, pourquoi comme si vous viviez dans le monde, vous impose –t-  on ces préceptes : Ne prends pas ! Ne goute pas ! Ne touche pas ! Préceptes qui tous deviennent pernicieux par l’abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes ? » Col.2v20à22

  • Aucune femme n’a le droit de connaitre cette histoire, ni de la raconter.
  • Aucun homme initié ne doit révéler cette histoire aux non-initiés, s’il le fait il sera puni de mort lui et toute sa famille. « ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en plein jour ; et ce qui vous est dit à l’oreille, prêchez –le sur les toits. Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme ; craignez plutôt Celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne. » Matt.10v27à28
  •       Si une femme insulte un initié il faut que celle-ci soit punie de mort, même si elle est ta mère, sœur, tante, femme, cousin etc. « sachez–le aussi, je redemanderai le sang de vos âmes, je le redemanderai à tout animal ; et je redemanderai l’âme de l’homme à l’homme qui est son frère» Gn.9v5.
  •       En effet, voici ce que dit la parole de Dieu : « Jésus lui répondit : tu aimeras le seigneur, ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même. »Matt22v37à 39
  •       Aucun initié ou non n’a le droit de partir dans la forêt initiatique seul car cette forêt est hantée et  il serait habité par des esprits.
  •       Aucun initié ne doit révéler que ce mwiri ce sont des hommes qui le compose.
  •       Pendant l’initiation ils disent au néophyte (nouveau) qu’il devient homme c’est un mensonge car le nouvel initié devient simplement une victime et un potentiel meurtrier. «vous avez été rachetés à un grand prix ; ne devenez pas esclaves des hommes» 1Cor.7v23
  •       Pendant la journée d’initiation, le nouvel initié doit insulter son père, sa mère, tous les hommes et femmes avec grossièretés et insolences. En retour ce jeune reçoit des acclamations de tous les vieux (que Dieu nous pardonne pour l’ignorance).la parole de Dieu dit : « maudit soit celui qui méprise son père et sa mère ! et tout le peuple dira : amen »Deut27v16.
  •       L’initié quel que soit son âge ne doit plus rester avec une femme à la cuisine ni l’aider car il est le chef de toute femme. « j’étais un fils pour mon père, un fils tendre et unique auprès de ma mère » Prov.4v3.
  •  Il ne doit plus laver les assiettes, balayer la maison, faire la cuisine, en somme aider sa femme ou ses sœurs  car le mwiri considère cela comme des signes de faiblesse. « celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas commet un péché. »Jacq.4 v17.
  •       La femme doit faire les champs, préparer, se soumettre et obéir à toutes les décisions de son mari.
  •       La femme ne doit pas contester l’arrivée d’autres coépouses, l’homme a le droit de faire ce qu’il veut. La preuve est que Mbombet avait 6 femmes. C’est pourquoi l’homme Pouvi initié (paysan ou intellectuel) adore épouser plusieurs femmes (polygamie) «il répondit : n’avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l’homme et la femme et qu’il dit : c’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme et les deux deviendront une seule chair ? ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint». Matt.19v4 à 6.
  • Tout enfant mâle pour devenir homme doit forcément se faire initier au mwiri avant toute chose (mensonge).
  • Après son initiation, ce jeune homme doit impérativement coucher (sortir) avec une femme. «fuyez l’impudicité quelque autre péché qu’un homme commette, ce péché est hors du corps ; mais celui qui se livre à l’impudicité pêche contre son propre corps» 1Cor.6v18.
  • Pour intégrer les hommes dans un village Pouvi, il faut que l’on soit   initié au mwiri, et ce lorsqu’on est un homme.

« Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c’est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées. Ils ont l’intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux , à cause de l’endurcissement de leur cœur. Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution pour commettre toute espèce d’impureté jointe à la cupidité. Mais vous ce n’est pas ainsi que vous avez appris Christ, si du moins vous l’avez entendu, et si , conforment à la vérité qui est en Jésus, c’est en lui que vous avez été instruis à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, crée selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.» Eph.4v17 à 24.

        Pour conclure, je t’invite toi qui es dans cette secte satanique, à te détourner de celle-ci et faire la paix avec Jésus-Christ le libérateur. Donne ta vie à Jésus et reçoit en retour le pardon de tes péché actuels et passés. Il y a encore de l’espoir pour toi qui déprime, toi qui vis avec la peur car Jésus- Christ veut te libérer de la peur, des angoisses, du mensonge…… ‘ Il a dit si le Fils de homme t’affranchit tu seras réellement libre. Libre c’est-à-dire libéré(e) de la prison du mwiri, de la prostitution, des meurtres, des coutumes et traditions.

« Il a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure ; Il a voulu qu’ils cherchassent le Seigneur, et qu’ils s’efforçassent de Le trouver en tâtonnant, bien qu’Il ne soit pas loin de chacun de nous. Car en Lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être. C’est ce qu’ont dit aussi quelques-uns de vos poètes : de Lui nous sommes la race… Ainsi donc, nous ne devons pas croire que la divinité soit semblable à de l’or, à de l’argent, ou à de la pierre, sculptés par l’art et l’industrie de l’homme. Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les homme, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir, parce qu’il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l’homme (Jésus) qu’il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en Le ressuscitant des morts ». Act.17v26 à 34.

Que la grâce de Dieu source de salut pour tous les humains vous soit pleinement accordée.

Large diffusion gratuite autorisée.

Print Friendly, PDF & Email
Partager

Leave a Reply